teinture végétale

Les couleurs végétales

Ne jetez pas l’eau du bain !

 

Il arrive que la teinture soit décevante. Pour de nombreuses raisons, la concentration souhaitée n’est pas au rendez-vous. Mais ne jetez pas vos bains trop vite… Surtout celui de feuilles de rhubarbe.

Mordancer avec la rhubarbe. Intuition tinctoriale suite à la lecture de « wild colors » de Jenny Dean.

Je vous parle ici d’un constat d’expérience. J’avais en effet préparé une magnifique soie/viscose dans un bain d’alun+ eau de pluie (évitons la rencontre calcaire/soie !). Première étape, un bain dans le solidage verge d’or, j’avais un jaune lumineux et tout à fait satisfaisant. Je souhaitais apporter des nuances de vert bronze à cette couleur. J’ai donc préparé un second bain :

Eau de pluie + feuille de rhubarbe (jeune et fraîche, 200% poids du tissu), ce bain devait me donner un jaune pâle et j’avais prévu un virage au cuivre (1% du poids du tissu). Déception, le beau vert chlorophylle de ma casserole ne prenait pas dans le tissu.

J’ai donc cherché d’autres tonalités : couleur figue pour se marier en contraste avec mon jaune.

J’ai gardé ce bain qui n’avait rien lâché de ses substances et ajouter la poudre de garance (précédente expérience : garance + cu tire vers les grenats, 50% du poids du tissu). Là, mon bain était en meilleure forme mais les teintes de garance peu intenses. Il faut parfois s’arrêter, mon tissu avait déjà quelques bains… le jus de rhubarbe était toujours en action !

Au rinçage, toutes les nuances se sont révélées plus intenses, et le jaune est devenu très chaleureux !

Pourquoi ? J’ai replongé dans mes lectures : la rhubarbe est utilisée en grande quantité au Tibet pour les oranges des toges des moines. Elle contient en effet l’acide oxalique (bon, pour l’orange, il faut utiliser les racines, grande concentration). Cet acide est utilisé aussi comme mordant, apparemment pour les fibres animales. Combinée à l’alizarine de la garance, j’ai obtenu un colorant chaleureux et intensifier mes teintes de départ… Bref, gardez vos bains qui ne sont pas fructueux, ils ont encore des secrets à révéler.

 

 

 

packaging sesame
coloris sesame zoom
fait main collectif

La boutique du collectif des artisans d'art revient au Delta en novembre 2022 !

Une démarche éco responsable :

Tamara Louis, la designer textile qui réveille les tissus dormants

Cette adepte du slow design et de l’upcycling donne une seconde vie aux tissus inutilisés

Linge de table en édition limitée.

La collection de linge de table Tamara Louis est le produit de la revalorisation de lin belge de fin de série de grande qualité. C'est par la créativité graphique et son édition en capsule saisonnière que vous trouverez une touche originale sur des matières et coloris intemporels. Cette édition combine donc les valeurs de l'upcycling et des matériaux nobles et locaux. Le soin apporté à chaque étape de sa confection vise à vous donner une entière satisfaction à long terme. D'autres projets ameublement sur l'onglet "slowdesign" du site.

Entrevue- présentation de l'atelier et de Tamara

Extrait de l'entretien fait par Julie Toby à l'atelier pour Wallonie Design.

L'article complet ici : http://walloniedesign.be/entrevues/tamaralouis/?fbclid=IwAR1W802r47AgB1Q3quyj9_YPlHCiK7CnkwU5Myxum_xuJH_BUHU9EOMMsHY

Un atelier où explorer le champ des possibles

« Depuis le début, mon souhait est de créer un atelier au service des personnes qui ne trouvent pas les solutions qu’ils recherchent dans l’industrie textile ».

La designer textile met son expertise au service de projets variés. Véritable laboratoire, son atelier permet de tester et de travailler les matières (que ce soit du textile, papier, carton ou bois) ; les couleurs  ; les dessins (qu’ils soient réalisés à la main ou de manière digitale).

Prestataire et auteur

Tamara travaille également sur des projets personnels liés à l’ameublement. Actuellement, elle développe un projet d’upcycling intitulé « Usure » qui valorise la récupération de tissus en fin de série (souvent considérés comme rebuts).

Soucieuse de travailler avec des matières locales, elle utilise le lin, sa matière de prédilection directement issue de la culture textile belge.

©photos Bettina Genten.

collection limitée de portes monnaies complètement végétaux.

Pour les chercheurs d'authenticité naturelle. La collection de portes monnaies est le produit de la revalorisation de lin belge de fin de série de grande qualité et de la cueillette de plantes tinctoriales grand teint de ma région. C'est l'observation et les expériences qui m'ont permis d'extraire les substances colorantes des plantes. Le coton et le lin sont préparés pour recevoir cette couleur naturelle, créant une gamme de coloris nuancés et doux, proches des perceptions de la palette de la nature. Cette édition combine donc des valeurs écologiques et des matériaux nobles et locaux. Le soin apporté à chaque étape de sa confection vise à vous donner une entière satisfaction à long terme. Des articles et des explications sur la page Facebook.